null

L'histoire d'Arboreus

Je suis née au printemps, un signe avant-coureur !
Mes premières plantations sont dédiées au cactus à l’âge de 6 ans. A 10 ans, mon père, lui aussi sensible à l’esthétique du jardin, m’emmène aux Floralies de Nantes.
Ce que j’ai découvert m’a définitivement plongé dans l’univers du végétal. Frappée par la découverte du Bonsaï, je n’ai eu de cesse de le cultiver jusqu’à aujourd’hui et pour longtemps encore…
En 2000, mon BTSA “Production d’arbres et arbustes d’ornement” en poche, j’intègre la première pépinière de France pour une durée de 4 ans.
La suite de mon parcours a toujours été en lien avec les plantes mais aussi avec l’environnent. En 2004 je travaille pour la Direction Départementale de l’Agriculture et de la Forêt puis, en bureau d’études VRD pour créer le paysage urbain.

Et la jardinerie ? Lors d’un entretien d’embauche, l’employeur, après avoir lu mon CV me dit : « OK, vous avez une bonne connaissance des plantes, seulement si un client vous demande un rhododendron et qu’il souhaite le planter au soleil ce n’est pas grave, on vend quand même ! » Voilà bien ce que je ne veux pas faire !
Aujourd’hui pour aller plus loin dans ce qui me passionne, je décide de développer une pépinière spécialisée autour des plantes rares ou difficiles à trouver. Le lien social et humain sera ma force, ma volonté étant de construire « quelque chose de vrai et durable » avec mes futurs clients.
Mes proches disent de moi que je fonce avec détermination, que je connais bien mon sujet. Nombreux sont ceux qui me disent « Ah ! Enfin » ou encore « C’est exactement ce qu’il te faut ». Ces simples réactions renforcent ma conviction que je vais là où il faut que je sois.
Et vous alors parlons-en ? Qu’avons-nous à partager ? Et bien tout, vos idées, vos goûts, une part de votre univers pour que nous puissions créer ensemble un jardin d’exception qui vous ressemble !

null

Philosophie et pratiques culturales alternatives

Comme partout dans le monde, le modèle agricole développé après-guerre en France rencontre un certain nombre de limites, notamment dans ses atteintes à la biodiversité, aux populations et à l’environnement, mais également en termes de résistances aux pesticides chez certains ravageurs. Son évolution vers des modes de production plus durables et tout aussi productifs est indispensable. Pour faire face aux enjeux de demain : agricoles, alimentaires, énergétiques, mais également environnementaux et sociaux, il apparaît de plus en plus clair qu’une agriculture écoresponsable, y compris dans ses modes de production, est indispensable. Dans le respect de mon environnement et de mon entourage, je souhaite que l’ensemble de mes pratiques s’oriente vers des systèmes de production horticole durables.

Combinaison de différents moyens de lutte contre les ravageurs :

  • des mesures prophylactiques : une large gamme de plantes et qui plus est de nombreuses familles de végétaux dispersées sur les pépinières, limitent l’effet « masse » qui aurait tendance à favoriser l’apparition des ravageurs, ainsi que le ramassage systématique des déchets de cultures et les rotations culturales dans les parcelles,
  • les techniques culturales : la culture de plein air, les pincements et les tailles des plantes permettent de réduire la prolifération rapide des ravageurs comparativement aux cultures forcées,
  • la lutte biologique principalement sur plantes en tunnels et en serres de multiplication contribue au respect de l’environnement en évitant l’usage de produits chimiques,
  • les pépinières n’utilisent aucun produits chimiques même « compatibles ». Ils respectent les auxiliaires, naturels et introduits.

Recyclage des déchets synthétiques (godets, …)

Ces déchets proviennent majoritairement du tri « pots/terreau » effectué lors de la destruction annuelle des invendus de la pépinière. Les pots brisés en saison sont stockés et recyclés.

  • Désherbage manuel, récupération et réutilisation des eaux de pluie
  • L’absence totale de forçage des plantes (cultures extérieures).

Se distinguer des pépinières traditionnelles, des jardineries et de la grande surface constitue pour moi une priorité. Arboreus n’aura pas pour vocation de reproduire le schéma de la grande distribution des plantes tel qu’on le trouve aujourd’hui.

La distinction vis-à-vis de ces acteurs économiques se fera pas une sélection pertinente des espèces mis en vente mais aussi et surtout par les moyens et méthodes qui seront appliqués sur le site d’Arboreus. La force des Pépinières Arboreus est de produire des plantes de qualité satisfaisant toujours plus une clientèle de particuliers et de professionnels exigeants et d’apporter des « solutions végétales » diversifiées grâce à la gamme très étendue des plantes que je cultive.

Afin de toujours pouvoir répondre aux besoins de mes clients, j’introduis tous les ans de nouvelles variétés. Ainsi, en 2020, un peu plus de 50 nouvelles variétés ont été introduites à mon catalogue.

 

La production se décompose ainsi :

  • 70% de la production en espèces de collection

Ce seront des espèces peu communes et peu connues du grand public, adaptées à nos climats garantissant ainsi la biodiversité. La sélection de ces espèces est fonction de critères esthétiques bien supérieur à ce que l’on peut trouver dans la grande distribution.

  • 30% de la production en espèces dites “classique” ou “local”

Ce sont des espèces incontournables voire endémiques de nos régions sans lesquelles un jardin breton n’est plus un jardin breton !

Plusieurs gammes de plantes seront proposées :

null

La conception paysagère

Vis-à-vis de la pépinière, mon activité de paysagiste est secondaire, la priorité sera donnée à mon métier de pépiniériste. Cependant je ne peux pas imaginer passer à côté du paysage. Chaque aménagement paysager est une histoire unique, je propose des services sur mesure, conformes aux besoins et aux envies des clients tout en privilégiant le dialogue. Mon objectif est de définir avec le client un projet de jardin entièrement personnalisé et de lui apporter des réponses parfaitement adaptées à ses contraintes comme à ses attentes.

Créer une architecture singulière, rythmer l’espace en instaurant un dialogue entre le lieu et le végétal, y associer une palette végétale d’exception et harmonieuse pour faire la différence… Etape après étape, ARBOREUS accompagne tout au long de la conception du projet de jardin.

null

Politique de distribution

  •  Vente sur place
    La pépinière est ouverte au public afin de garantir un conseil pertinent assurant une bonne reprise des plantes, c’est une de mes premières vocations !
  • Participation à des salons ; Brest, Cardroc, Pleugueneuc, Vannes Côté Jardin (Vannes), Nantes … La multiplicité des salons de plantes en Bretagne me permet de me faire connaitre et d’échanger avec le client. Les premiers contacts avec les organisateurs sont très encourageants au regard de la diversité variétale proposée.
  • E-commerce
    La création d’un site internet est devenu incontournable, c’est l’outil de communication par excellence qui, en lien avec les réseaux sociaux, permet de se faire connaitre au-delà du département.
  • Vente aux fleuristes, pas de vente dans les jardineries franchisées
    Les fleuristes sont les garants de la qualité des plantes proposées, ils contribueront à promouvoir la pépinière.